“Docteur Nirina”
On 29 August 2018 | 0 Comments | Non classé |

Le vendredi 23 septembre 2011
à 14h
A la maison de la recherche, salle D223, 2° étage,
28 rue serpente, 75006 Paris

J’ai soutenu ma thèse de doctorat :

Les récits de voyage des français en Californie de la ruée vers l’or à 1913-1915.

En présence du jury :

M. ANTOINE ( CLERMONT2 )
M. LE HUENEN ( Toronto )
M. MOUREAU ( PARIS 4 )
M. MOURIER
M. SOUTET ( PARIS 4 )

 

Résumés :

La thèse étudie les périples et les récits des voyageurs français (une quarantaine) en Californie pendant la Ruée vers l’or jusqu’à 1915. On propose une typologie des voyageurs et une analyse de leurs récits de voyage.
Après une introduction faisant l’état des lieux de la France au milieu du XIXe siècle et du jeune État californien qui vient juste d’entrer dans l’Union au moment de la découverte de l’or, la thèse se divise en trois parties : la première partie porte sur le voyageur (un être aventurier et pionnier, son épopée californienne, son rapport au temps outre-Atlantique), la deuxième partie concerne le récit de voyage (entre épopée et ethnographie, les realia et topoï californiens, la naissance d’un nouveau genre littéraire, le « western littéraire » à la française), la troisième partie propose l’étude approfondie de trois variantes significatives du « western littéraire ».
La thèse est accompagnée de cartes, de portraits de voyageurs et de gravures.

 

The travel relations written by the French in California from the Gold Rush to 1913-1915

The thesis studies the journeys and the travel relations of French travellers (about fourty), visiting California during the Gold Rush until 1915. It aims to establish a typology of the travellers and to analyse their travel relations.
After an introduction presenting the context in France in the middle of the 19th century and in California which just became the new State of the United States of America after the discovery of gold, the thesis is divided in three parts : the first one focuses on travellers (adventurers and pioneers, their epic California, their time perception in the Far West), the second part analyses the travel relations (between epic and ethnography, californian realities and places, the birth of a new genre in literature, the French « literary western »), the third part presents a choice of three particular examples of « literary western ». The thesis also includes maps, portraits of travellers and engraved pictures.

 

Voici la position de thèse :

Notre corpus est constitué d’une trentaine de Français partant à la conquête de cette Terre Promise que symbolise la Californie, puis revenant sur le sol natal pour y publier leur récit de voyage. Ces Français sont donc des voyageurs, mais aussi des écrivains, c’est pourquoi nous souhaitons insister sur la dualité de leur statut en les nommant « voyageurs-écrivains », au sens où cette appellation permet d’affirmer à la fois leur qualité d’êtres sensibles à l’ailleurs et à l’altérité d’une part (les voyageurs), et leur qualité d’êtres aspirant à rendre compte de cet ailleurs et de cette altérité californiens par l’écriture d’autre part (les écrivains).

La première partie de cette thèse propose donc d’abord une typologie de ces voyageurs-écrivains, afin de faire ressortir leurs caractéristiques et leurs points communs en tant qu’aventuriers et pionniers, afin de comprendre leurs motivations au voyage dans une région du monde difficilement accessible, et afin de décrypter le réseau humain et littéraire qu’ils constituent ; ensuite on étudie et compare les modalités et les durées des voyages ; enfin on examine comment les récits se succèdent ou se superposent dans la période, et comment le travail du temps a des conséquences sur l’horizon d’attente et l’intertextualité tout au long de la Ruée vers l’or et même après.

La deuxième partie de la thèse propose une typologie des récits, tout d’abord d’après une dichotomie entre épopée et ethnographie. Ainsi, notre grille de lecture s’intéresse aux genres et aux structures, mais aussi à l’équilibre entre le lieu et le voyageur, enfin aux visées politique, idéologique et sociologique des récits. Ensuite, nous étudions les récits dans leur traitement de ce qu’on appelle les realia et topoï californiens, en posant la question de la naissance ou de la mort des mythes américains. C’est l’occasion de mettre en évidence un paradoxe concernant les stéréotypes californiens, à savoir un décalage entre d’une part la survivance des mythes dans certains récits de voyage (comme le mythe de la ville de San Francisco, celui des mines et de la mentalité californienne) et d’autre part la destruction ou l’oubli de mythes dans d’autres récits (la communauté chinoise, les noirs et la figure de l’Indien). Enfin, cette étude de la triade épique – ethnographique – mythique/anti-mythe nous permet de mettre en évidence ce qu’on a décidé de baptiser, en tant que nouveau genre viatique typique de la Californie, le « western littéraire » à la française. Pour définir ce genre à part, nous nous intéresserons à son schéma actanciel particulier qui renverse les conventions américaines, son hybridité, sa structure d’enchâssement, sa poétique oxymorique, ses thèmes et motifs américains, ainsi que sa double visée.

La troisième partie de la thèse offre trois études, autrement dit trois variantes du genre du « western littéraire » : le récit de voyage de Madame de Saint-Amant et de son Odyssée californienne, ensuite celui du baron de Wogan, prototype du Français indiennisé, enfin celui d’Ernest de Massey, le seul manuscrit resté inédit.

Leave a reply

  • More news